Les mystères des Pharaons

Quelques Symboles de l’Egypte Ancienne

Sphinx de Gizeh
Illustration le Scarabée
Illustration de Némès
Sphinx de Gizeh
Illustration de momification
Illustation de Néfertiti
Déesse Bastet Egypte Ancienne
Egypte Ancienne Dieu Râ
Illustration d'Horus
Initiation à l'Egypte Ancienne de l'œil d'Horus
Initiation à l'Egypte Ancienne le Bénou
Pyramides d'Egyptes

Némès

Le némès est une des coiffures du pharaon.
Le némès se présente comme un foulard formé d’un tissu de lin recouvrant la tête.
Étalé, le foulard a la forme d’un rectangle.
Posé, il se place sur le front, et remonté vers le haut du crâne, passe par derrière les oreilles et retombe en avant sur la poitrine.
Ces retombées se terminent souvent en pointe.
Elles sont comparées aux ailes du faucon (le symbole d’Horus). Dans le dos, le némès se termine par une tresse.

Le némès est retenu sur la tête grâce à un bandeau frontal où apparaissent la tête du vautour et l’uræus (le serpent dressé).

Illustration de Némès

Ânkh

L’ânkh (☥ unicode U+2625), également connue sous les différentes appellations de croix ansée, croix de vie, clé de vie, croix égyptienne, croix du Nil, est un hiéroglyphe représentant le mot ˁnḫ, qui signifie « vie ».
Il était utilisé par les égyptiens pour symboliser la vie. Les Égyptiens pensaient que leur séjour sur Terre n’était qu’une partie d’une vie éternelle plus grande.
La croix de vie symbolise donc non seulement l’existence mortelle sur la Terre, mais également leur existence immortelle de leur après-vie.
Ses origines et significations ne sont pas certaines.

L’œil de Râ

Il existe différents mythes sur l’origine de ce symbole. Cependant, la majorité des experts pense que le symbole était en réalité l’œil droit d’Horus, qui se serait convertit en œil de Râ dans l’antiquité.
Les deux symboles représentaient majoritairement les mêmes concepts.
Ceci dit, selon d’autres mythes, le symbole de l’œil de Râ aurait représenté la personnification de beaucoup de déesses de la mythologie égyptienne comme Wadjet, Hathor, Mut, Sekhmet et Bastet.

Râ, aussi connu sous le nom de Rê, est le dieu du soleil de la mythologie égyptienne.
C’est pourquoi l’œil de Râ représente le soleil.

Initiation à l'Egypte Ancienne de l'œil d'Horus

Le Scarabée

Illustration le Scarabée
Le scarabée est un des symboles les plus importants de l’ancienne culture d’Egypte.
Le scarabée bousier représente le soleil, la recréation de la vie, la résurrection et la transformation.
Lorsqu’ils voyaient les scarabées bousiers pousser des boules de fumier (leur source de nourriture), les ancien Egyptiens pensaient que ces scarabées recréaient la vie.
Ceci est dû au fait qu’ils confondaient les œufs pondus et enterrés dans le sable par les scarabées femelles de la race des bousiers avec la boule de fumier qui leur sert d’aliment.

C’est pourquoi ils pensaient que ces scarabées avaient “créé la vie du néant”.

Néfertiti

On ignore exactement à quel point Néfertiti joua un rôle actif dans le règne de son mari.
Contrairement aux autres pharaons, Akhenaton ne semble pas avoir eu de concubines ni de harem et consacra Néfertiti comme sa seule épouse.
Plus important encore, celle-ci fut directement associée au trône par un édit émanant du pharaon : ils régnèrent ensemble.
L’art de l’époque la représente très souvent aux côtés de son mari.
Il est donc fort possible qu’elle ait joué un rôle important dans l’hérésie.
Illustation de Néfertiti

Le Bénou

Initiation à l'Egypte Ancienne le Bénou
Bénou, l’ancêtre du Phénix des grecs, cet oiseau solaire mythique, renaissant toujours de ses “cendres”, en Égypte ancienne.
Ainsi, cet oiseau pouvait vivre très longtemps, mais aussi se régénérer ou renaître des cendres de son prédécesseur. Certaines sources disent que le phénix mourait tout simplement pour se décomposer avant de renaître, tandis que d’autres affirment qu’il brûlait et mourait enveloppé de flammes.
D’aucuns croyait même que l’oiseau légendaire pouvait vivre plus de 1 000 ans.

Déesse Bastet

Pour tout vous dire, le dieu chat égyptien est en réalité une déesse chat qui porte le nom de Bastet ou Bast, protectrice des humains et du foyer, ainsi que déesse du bonheur et de l’harmonie.
Cette divinité égyptienne avait son temple de culte au sein de la ville de Bubastis, situé dans la région orientale du Delta du Nil, c’est d’ailleurs à cet endroit que l’on a retrouvé une multitude de félins momifiés et enterrés dans des tombes faites à leur taille.
Les chats étaient des animaux sacrés en Égypte car ils étaient considérés comme étant la réincarnation de Bastet sur terre, ils avaient donc le droit et le privilège de pouvoir vivre dans les temples.
En Égypte antique, les chats étaient sacrés, et quand ils mourraient, ils recevaient le même traitement qu’un pharaon ou un noble égyptien en étant momifiés.
Déesse Bastet Egypte Ancienne

Les Pyramides d’Egypte

Pyramides d'Egyptes
Les pyramides d’Égypte sont des tombeaux ayant la forme géométrique de pyramides, construits par les pharaons de l’Ancien Empire égyptien. Elles sont l’une des Sept merveilles du monde antique, la plus ancienne et la seule qui ait résisté jusqu’à nous à l’action du temps et aux tremblements de Terre.

Napoléon Bonaparte, débarquant en Égypte, dit à ses troupes : « Soldats, du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent ».

Momification

La momification dans l’Égypte antique s’inscrivait dans un rituel funéraire.
En Égypte antique, la conservation du corps était un symbole très important.
La destruction de celui-ci représentait un risque très grave.
Les Égyptiens croyaient en l’immortalité.
La mort, chez les Égyptiens, représentait la séparation entre le support matériel et les éléments immatériels : le ba qui correspond à l’âme et le ka qui représente l’énergie vitale. Il fallait donc que le ba et le ka, au réveil de sa nouvelle vie, puissent réintégrer le corps, préalablement conservé.

« La momification avait comme but principal de purifier et de rendre divin le corps pour que celui-ci devienne un Osiris ».

Illustration de momification

Horus

Illustration d'Horus
Horus est le fils d’Osiris et d’Isis, l’enfant divin de la triade sacrée. Il est l’un des nombreux dieux associés au faucon.
Son nom signifie «celui qui est au-dessus» et aussi «celui qui est loin».
Le faucon fut vénéré depuis les temps les plus anciens en tant que divinité cosmique. Son corps représentait le ciel, et ses yeux le soleil et la lune.
Horus est représenté comme un faucon portant une couronne avec un cobra ou la double couronne d’Égypte.
Le serpent naja (uræus) que les dieux et les pharaons portaient sur le front symbolise la lumière et la royauté.
Il a pour fonction de protéger la personne du danger.

Dieu Râ

Défication du soleil visible, Rê est l’un des dieux principaux de l’Egypte.
C’est lui qui, sur la barque solaire, traverse le ciel durant le journée avant de franchir l’occident.
Au crépuscule, il descend sous Terre et fait le trajet inverse avant de ressortir à l’orient, le lendemain.
D’ancienne légendes racontent que Rê régnait sur les hommes, mais qu’ils se révoltèrent contre lui.
Contraint de se défendre, il leur envoya une arme redoutable, son oeil (Hathor).
Rê n’étant pas la seule divinité solaire, les différents clergés l’ont progressivement assimilé à d’autres dieux.
Au matin, il est Khepri, le scarabée émergeant du sol après sa nymphose.
Le midi, il devient Horakhty, c’est-à-dire Horus solarisé.
Au couchant, il se transforme en Atoum, le démiurge vieillissant.
Le pouvoir juste et brûlant de Rê dominera les tois millénaires de l’Egypte Ancienne.

Egypte Ancienne Dieu Râ

Le Sphinx de Gizeh

Le Sphinx de Gizeh est vraiment gigantesque. Il mesure exactement 73m50 de long sur 14m de large et pour une hauteur de 20m22 exactement.
A ce titre elle fait partie des plus hautes statues du monde, quoi que dans les dernières de la liste.
Rien que sa tête fait 5m20, c’est quasiment la même taille que celle de la statue de la Liberté, qui fait 5m26.
Mais la bouche du Sphinx fait 2m32 alors que celle de la statue de la Liberté ne fait “que” 91cm !
Des estimations tendent à montrer qu’il pèse dans les 20 000 tonnes, mais c’est sujet à caution, bien sûr, personne ne l’ayant pesé réellement.
Sphinx de Gizeh